Top 3 châteaux Japonais



Dear Lovelies, 

La nostalgie surprend parfois même les esprits qui s'autorégulent; c'est quand nous voulons prouver que nous sommes les plus forts que la situation nous révèle que nous sommes finalement normaux, faibles face à la Nature dans le commun des mortels. Ainsi, les souvenirs d'un temps heureux viennent contaminer la mémoire. Ils embrument toute la lumière et nous isolent dans de hautes tours d'ivoires, ou alors ils nous font voyager et nous ramènent au pays qui nous a vu grandir un temps. Chacune de nos expérience laisse des marques, non pas des séquelles mais des tatouages à l'encre noire et prononcée pour ne jamais oublier. Dans mon cœur il est écrit Nihon (Japon), dans ma tête je vois encore le ciel pâle et mes yeux cherchent tous les matins ce soleil orangé qui se lève vers l'est. 
Bref, cet article est en lien avec une expérience personnelle. C'était la meilleure amorce pour amener et justifier le sujet: les châteaux japonais. Ils sont immenses, beaux, majestueux et rayonnent, culturellement parlant, à travers tout le Japon, voire le monde. 
Lors de mon "exchange year" avec le Rotary International j'ai eu la chance d'un visiter quelques uns. Voici mes trois préférés, du coup de coeur au coup de foudre absolu. 


1. Kumamoto-jo (préfecture de Fukuoka, Kyushu)

Le château de Kumamoto est totalement noir. Il a été fortement dégradé par un séisme l'an dernier. Les visites doivent être beaucoup moins fréquentes et l'accès au petit château sur les remparts doit quant à lui être totalement fermé. Toutefois le cadre en vaut le détour; verdure, terre à perte de vue, rivières et rizières, montagnes au loin... C'est le stéréotype de l'estampe japonaise et pourtant le charme est unique. 















2. Mastumoto-jo (Préfecture de Nagano, Honshu)

La visite se poursuit sur l'île principale de l'archipel japonaise, au cœur des alpes nippones. La ville de Matsumoto a été le siège de plusieurs clans de samouraïs avant le début du shogunat pendant la période Edo. Ce qui plait particulièrement aux touristes c'est le grand nombre d'activités proposées dans le parc autour de la forteresse comme des hommes déguisés en samouraï, en ninja, des mascottes, des stands de nourriture, etc. Attention, il n'y a pas d'ascenseur, les japonais ont le culte des escaliers dangereux et étroits. 









3. Himeji-jo (Préfecture de Hyogo, Honshu)

Le top 3 se finit dans la blancheur éclatante du château Himeji, classé au patrimoine mondiale de l'Unesco. C'est mon préféré de tous, et je vais vous expliquer pourquoi:
Il se situe sur la colline Himeyama (la montagne de la princesse). Son imposante silhouette blanche est un rappel à l'envole majestueux d'un héron blanc. Il représente la structure en bois la plus importante du Japon. Vu de l'extérieur, le donjon principal est un trompe l'œil cachant l'existence des 7 étages (6 au-dessus du sol et un étage en sous-sol). C'est une construction de plus de 600 ans, et elle est toujours en place grâce à un entretient méticuleux de la part du pays et des organisations culturelles. 



La forteresse renferme beaucoup de détails cachés dans son enceinte, il faut ouvrir l'œil, on pourrait bien retrouver des écriteaux sur les poutres ou la croix chrétienne sur une tuile car il paraîtrait qu'un des hommes qui fut à la tête du château un jour, Kuroda Kanbei, était chrétien.

Mais de toutes les légendes protégées par les remparts, la plus romantique est l'histoire de la Princesse de Sen au XVII° siècle.
La princesse était la petite-fille de Tokugawa Ieyasu qui, à l'âge de 7 ans épousa Toyotomi Hideyori. Ce malheureux se suicida lors de la campagne du siège d'Osaka organisée par Ieyasu et la jeune princesse fut sauvée du château en flammes d'Osaka. Puis, à l'âge de 20 ans elle épousa en secondes noces Honda Tadatoki, fils du seigneur du château de Himeji. Elle y passa 10 années de bonheur avec son mari, son fils et sa fille. Mais encore frappée par un mauvais sort, son fils meurt à l'âge de trois ans, son mari à 31 ans. La Princesse de Sen revint alors à Edo (anciennement Tokyo, capitale et siège du Shogunat mit en place par Tokugawa) et devint religieuse bouddhiste sous le nom de Tenjuin. Jusqu'à ce que son souffle se coupe à l'âge de 70 ans elle pria pour son mari et son fils sans jamais cesser de les aimer.






Le Japon est une destination magique vivement recommandée à tous les esprits rêveurs et fous de légendes. Les châteaux renvoient l'aventurier dans une autre ère, voire une autre dimension tellement le cadre est hors du temps. On se demande parfois si ce que l'on vit est réel, s'il faudra se réveiller un jour. 

♡ ♡ ♡ 

Lequel de ces châteaux vous attire le plus? Croyez-vous les légendes et autres superstitions culturelles? 



Commentaires

Articles les plus consultés